Archives de Catégorie: Montréal

La Boulangerie Guillaume

Il n’a fallu qu’un simple tweet ce matin pour me faire découvrir la Boulangerie Guillaume. « … buns aux pommes bio!!! », mentionnait le tweet. Comme je souhaitais déjà visiter l’endroit, je n’avais pas meilleure excuse pour partir en direction de la rue Fairmount!

La boulangerie a ouvert ses portes il y a à peine 2 mois et des poussières et même si j’y suis passée en coup de vent ce matin, je souhaite que cette « shop de baguettes, croissants et autres joyeusetés », comme l’écrit si bien le propriétaire & maître boulanger Guillaume Vaillant, figure longtemps dans mon carnet d’adresses. Ici, on se sent pratiquement plongés dans le fournil avec le boulanger et son équipe. Derrière le petit comptoir de service, le lieu est ouvert – à mon grand plaisir de fille curieuse! La diviseuse, tel un objet de design, trône au milieu de l’espace. Et l’objet de convoitise: un mûr-comptoir à pains. Et là commence le dur choix de sélectionner nos petits bonheurs…

Guillaume Vaillant, propriétaire-boulanger (crédit photo: Renaud Kasma, renaudkasma.com)

Et le choix n’est pas facile. Le comptoir vitré nous présente une grande variété de pains et de viennoiseries (je dirais au moins 25…), qu’il me faudra découvrir en plusieurs visites. Ils sont beaux, dodus et montrent fièrement leur grigne. Baguettes, grosse miches campagnardes style Poilâne, fougasses à saveurs variées, belges, brioches, chaussons, alouette. Plusieurs pains  semblent porter la mention bio – avis aux adeptes…

Mon choix s’est arrêté sur un belge aux noix de Grenoble. Et à mon grand enchantement lorsque je l’ai coupé, il y avait de la noix là-dedans (ouste les pains aux noix chiches)! Je remarque aussi de belles et grandes alvéoles dans la mie. Pour un pain d’allure aussi rustique (et très réussi à mon humble avis), ceci lui donne une légèreté tout à fait agréable sous la dent!

Et les « buns aux pommes bio » dans tout cela? Elles avaient déjà disparues à mon arrivée. Mais qu’à cela ne tienne, je me reprendrai et tâcherai de passer régulièrement… et plus tôt!

:::

Boulangerie Guillaume :: 17, av. Fairmount Est (coin St-Laurent), Montréal 514 507-3199

Pour plus d’infos/photos sur la boulangerie : site Web//Facebook//Twitter

0

Publicités

Pain Couture: lorsque la boulangerie se fait mode

En juin 2011, le Musée des beaux-arts de Montréal  présentera une rétrospective consacrée au couturier français Jean Paul Gaultier, La Planète mode de Jean Paul Gaultier. De la rue aux étoiles. L’expo promet et quoique je ne sois pas une fana de mode, je sais d’emblée que j’irai faire mon tour au Musée en juin prochain.

Ceci dit, ce texte n’est pas un billet sur la mode. Enfin presque. L’annonce de ce projet par le MBAM me rappelle qu’en 2004, la Fondation Cartier avait mis sur pied sur une superbe exposition en collaboration avec « l’enfant terrible de la mode »: Pain Couture. Pour le projet, Jean Paul Gaultier avait travaillé avec toute une équipe de boulangers troquant ainsi les tissus pour la pâte à pain. Et comme le blogue Les joyeux pétrins n’existait pas à cette époque (!), permettez-moi aujourd’hui de revenir un peu en arrière…

Dans la vidéo suivante de la Fondation Cartier (CLIQUEZ ICI), le couturier nous explique brièvement sa démarche qui se voulait une mise en valeur de son pain quotidien: son métier de couturier. Les pièces produites pour cette exposition étaient absolument magnifiques, sensuelles et excentriques, bien à l’image du style Gaultier (enfin, du peu que j’en connais!).

En visionnant la vidéo, que ce soit la robe charleston en langues de chat, les stores (!), sa fameuse robe à seins coniques ou les pièces non-abouties (perruques, accessoires…),  forcée d’admettre que chaque pièce est un régal pour les yeux! Et l’expérience était totale, il était même possible d’acheter des baguettes et des croissants rayés bleu durant l’expo, rappelant son légendaire chandail de matelot. On aime!

La fameuse...

Création Pain Couture

Miches et baguettes voluptueuses

Baguette rayée @ Jean Paul Gaultier

Un livre a aussi été publié dans le cadre de cette expo.  Je l’ai commandé sur Amazon. Je vous en reparle… Entre temps, voici deux les clichés de la page couverture. On remarque que les photos ont été prises chez Poilâne, rue du Cherche-Midi… Chic chic pour aller acheter sa baguette!

Robe Lascar @ J. P. Gaultier

Robe corset @ J. P. Gaultier

Sera-t-il question de cette exposition dans la rétrospective du Musée des beaux-arts de Montréal? À suivre l’été prochain…

Pour en savoir davantage sur l’expo à venir au MBAM, Pain Couture ou sur Jean Paul lui-même (!), c’est ici :

Crédits photos : Femmenthing.com, Chocolate and Zucchin.com, Dish Detroit.biz, Japan Design.ne.jp

o

:::

o

Chic Fauchon version surgelé

Oh que lis-je dans le dernier Elle Québec: des produits Fauchon surgelés en vente ici à Montréal?! Et oui, joie! Ce sont précisément deux gâteries, la Tarte carrée aux framboises et pistaches ainsi que l’Entremets au chocolat que l’on trouve dans le catalogue de la boutique Cool & Simple. Catalogue, vous avez bien lu, car ici, nous pouvons commander une panoplie de mets et autres produits alimentaires par téléphone ou par courriel. Mais mieux encore, la boutique a pignon sur rue près du Marché Atwater.

Des gâteries Fauchon à Montréal!

Je vous entends dire « Bah, c’est tout de même que du surgelé! ». Oui, mais forcée d’admettre que je préfère avoir du Fauchon surgelé que pas du tout!

Je vais devoir aller fouiner rue Richmond très bientôt. Mon petit doigt me dit que Fauchon fêtera Noël chez moi!

:::

Cool & Simple :: 333, rue Richmond (coin William), Montréal

514 281-9883

Facebook // Twitter

o

Quand tartine rime avec Poilâne

Vous n’avez jamais eu la chance de déguster le pain Poilâne? Ajoutez vite le
Café Holt sur votre liste des restaurants à fréquenter. À ma connaissance, c’est le seul endroit à Montréal (et l’un des rares en Amérique du Nord) où l’on trouve de ce fameux pain, popularisé à Paris dans les années 30 par la famille du même nom.

La célèbre miche

Au Café Holt, on y sert des « tartines », qui en fait, ne sont pas les tartines auxquelles nous sommes habituées. Comme nous pouvons le lire sur le menu, les tartines sont préparées « avec une tranche de pain au levain Poilâne grillée, large comme la main, épaisse comme le petit doigt, sur laquelle est étalée une savoureuse préparation d’ingrédients saisonniers ». Il y a une douzaine de déclinaisons au menu. Pour ma part, mon choix s’est arrêté sur la Tartine poulet grillé au chipotle, tartinade de mangue et de coriandre avec crème sûre au paprika (P.S. Si vous n’aimez pas manger épicé/piquant, n’optez pas pour cette version de tartine!).

Tartine au pain Poilâne @ Café Holt

Pour les puristes qui aimeraient mieux déguster le Poilâne version nature, sachez que vous en obtiendrez en accompagnement si vous commandez un potage, par exemple. Et pour les plus audacieux? Je suggère le Pudding de pain Poilâne à la citrouille… Trick or treat!

:::

Café Holt (Holt Renfrew) :: 1300, rue Sherbrooke Ouest, Montréal
514 842-5111

j

La meilleure gourmandise italienne

Pour moi, ce sont les cannolis qui remportent haut la main le titre d’utlime gâterie italienne. Impossible de leur résister. I.m.p.o.s.s.i.b.l.e.

 

Miam! Un cannoli de chez Alati Caserta!

 

Enfin, difficile aussi de résister au tiramisu, au panettone au panna cotta, au semifreddo aux babas et au gelato! Bien de petits plaisirs italiens me font craquer. Mais forcée d’admettre que le jour où je mettrai les pieds en Italie, je me goinfrai de cannolis!

D’ici là, voici deux adresses montréalaises où je me procure ces petites douceurs siciliennes :

#1 – Pâtisserie Alati Caserta :: 277, rue Dante, coin Henri-Julien

Authentique pâtisserie italienne situtée dans la Petite italie. D’après moi, les meilleurs cannolis en ville!

#2 – Roberto :: 2221, rue Bélanger, coin de Lorimier

On connaît Roberto pour ces fameux gelati, son comptoir de plats préparés et son restaurant. Lors de votre prochaine visite, ne manquez pas de vous laissez tenter par leurs cannolis !

D’ailleurs, Roberto a maintenant sa boutique en ligne. Mais malheureusement, impossible de se faire livrer des cannolis… 🙂

j

Et vous, quelle est votre meilleure gourmandise italienne ?

:::

Le Marquis de Castelnau

Il y a quelques temps, une boulangerie s’est installée rue de Castelnau, tout près de St-Denis, Le Marquis. J’ai voulu la visiter à plusieurs reprises mais ne l’avais pas encore fait jusqu’à ce week-end. Je me suis enfin décidée à m’y rendre pour aller acheter des croissants. J’ai fait la connaissance du jeune propriétaire qui était d’une excellente humeur! J’en profite donc pour lui piquer une petite jasette et celui-ci m’invite illico à visiter son fournil. Génial. Pas tout à fait réveillée, cheveux un brin ébouriffé et Havaianas aux pieds, j’entre donc dans le lieu sacré du Marquis et me retrouve devant ce m.a.g.n.i.f.i.q.u.e  et énorme four à sole, qui doit dater des années 60. Trop gros pour entrer dans ma cuisine ai-je pensé, dommage!

De retour au comptoir, je demande au joyeux propriétaire de me proposer son pain de prédilection. Il me suggère sans hésiter ses baguettines multigrains. J’ajoute à cela un pain au chocolat noir et pur beurre nommé « Le pain de grand-mère »* (comment résister) et des croissants pur beurre (oui, pur beurre aussi!).

Le Marquis

++ La boulangerie offre également un comptoir à pâtisseries, des crêpes préparées sur place (miam), quelques charcuteries et une petite sélection de produits gourmands. Charmante boulangerie de quartier sans flafla, où il y a quelques places assises, service tout en sourire et une sélection de pains honnête // fait intéressant, ici, toutes les baguettes sont façonnées à la main…

Moi qui allait voir le Marquis pour de simples croissants du matin…1

* Je sais, je sais, une photo de mes achats aurait été sympa. Mais comme je ne maîtrise pas tout à fait l’art de la photographie, aucun cliché ne rendait justice aux pains et aux croissants. Je promets donc de faire un effort photo dans un avenir rapproché!

C’est peut-être mieux ainsi…

Samedi matin. Le temps est gris. Je suis normalement de nature assez joviale mais ce matin, les blues s’emparent de moi. J’aimerais bien en finir avec cette histoire de cœur brisé et passer à autre chose. N’ai qu’une idée en tête : me payer un p’tit plaisir gourmand pour me changer les idées – allez, ressaisis toi ma fille !! Direction : rue Laurier.

En marchand sur la rue, je remarque que la Fromagerie Maître Corbeau a déménagé ses pénates au coin de la rue Chambord. Je passe mon chemin et me rends au Fromentier. Je choisis un croissant pur beurre, une ficelle au fromage et la gâterie anti-journée grisâtre : un petit pain 150 g au chocolat noir (ne dit-on pas du chocolat qu’il est le parfait remède pour les cœurs esseulés ?). Joie dans mon cœur retrouvée.

Je décide de compléter ces petites douceurs par quelques grammes de calories. Je reviens donc sur mes pas et en profite pour aller fouiner chez le Maître Corbeau. Le Maître s’appelle André Picher. Ce type est un vrai passionné. J’ai eu la chance de lui parler à quelques reprises lorsque je travaillais sur le compte des Producteurs laitiers du Canada en agence de publicité. Je me souviens très bien qu’à l’époque, il avait fait partie des gens qui m’avait éveillé sur le milieu culinaire et sur le terroir québécois.

Josie : « Dites-moi, vous allez conserver votre comptoir au Fromentier maintenant que vous avez pignon sur rue ? ».

Maître Corbeau : « Haa mais non, le comptoir de fromages où nous étions situés avant appartient maintenant au Fromentier… Le Fromentier n’a pas voulu renouveler notre bail l’an passé, alors il a fallu voir ailleurs… » (je sens ici un petit pincement au cœur…).

Josie : « Mais alors c’est parfait ici ! Vous avez votre propre espace, c’est plus grand, on vous voit de la rue… »

Maître Corbeau : « Oui bien sûr, vous avez raison, nous sommes bien installés ici…  »

Signe d’une véritable séparation : on retrouve maintenant les pains des Co’pains d’abord chez Maître Corbeau…

Les plans qui fouarent, les séparations, les fins de bail, les choses n’arrivent jamais pour rien.  Et c’est peut-être mieux ainsi !

P.S. Le petit pain au chocolat noir a été dégusté avec une bière Noire de Chambly, Unibroue, 6.2 % alc./vol.  La noire a une finale chocolatée qui se marie parfaitement bien avec le petit goût amer du pain…

::::

Le Fromentier, 1375, rue Laurier Est, 514 527-3327

Maître Corbeau, 5101, rue Chambord, Montréal, 514 528-3293