La boulange et la mer

Pas que je sois une très grande voyageuse mais il y a quelques années, j’ai commencé à penser que pour mes vacances, au lieu de sauter dans un avion l’occasion venue , je pouvais peut-être considérer explorer la province et voir ce qu’elle avait à m’offrir. En voyage, lorsque des compagnons rencontrés sur la route me demandaient: « Parle-moi du Québec, qu’est-ce qu’il y a à voir et à faire ? », je me surprenais toujours à répondre les mêmes clichés. Mais au fait, qu’est-ce que je connaissais de mon chez moi ? Je pouvais difficilement répondre à la question…

J’ai donc commencé à faire quelques kilomètres en voiture, question d’aller fouiner dans Charlevoix, sur la Côte-Nord, dans le Bas-du-Fleuve et la semaine dernière, en Gaspésie. Partout, la beauté du territoire, la fascination de la mer et le sentiment que je devrai faire encore beaucoup de kilomètres pour tout voir, tout goûter, tout sentir. Hier, je suis revenue en ville avec l’air salin plein les poumons et l’idée fixe de retourner en Gaspésie très bientôt.

Ceci dit, en route, je me suis bien sûr arrêtée faire la visite de deux boulangeries que je vous suggère…

Boulangerie Niemand

Dans le coquet village de Kamouraska réside cette boulangerie artisanale. Située au rez-de-chaussée d’une magnifique maison centenaire faisant face au fleuve, nous sommes d’abord charmés par la beauté des lieux. En entrant à l’intérieur, c’est le choix de pains qui attire notre attention, malgré l’étroitesse de la boutique. Je remarque une section complète réservée aux « petits pains » (+/- 300 g en moule), format que j’affectionne tout particulièrement. Ici, les pains sont préparés avec du levain, selon la méthode traditionnelle européenne (le propriétaire est originaire d’Allemagne) et on se soucie grandement de la qualité des ingrédients. Et chez Niemand, pas de trancheuse: une fois à la maison, vous devrez sortir vos couteaux à pain ! Alors voilà, moi et mon amie P. devions faire notre choix…

Verdict:

– Pain olives et herbes
– Miche oranges confites et chocolat noir
– Miche avelines et raisins

La petite miche oranges confites et chocolat noir a été consommée fort rapidement (miam… à noter que le boulanger avait été généreux sur les morceaux de chocolat!). Nous avons pu savourer la miche aux avelines toute la semaine durant lors du déjeuner (merci levain !). Et lorsque nous avons senti que le pain aux olives était en fin de parcours, nous en avons fait des croutons. Sacrilège ? Non, délicieux à l’appéro en regardant le coucher de soleil…

Pain aux oranges confites et chocolat noir

Miche oranges confites et chocolat noir

Pain aux oranges confites et chocolat noir, boulangerie Niemand, Kamouraska

Généreux morceaux de chocolat...!

o

Boulangerie Toujours Dimanche

Il y a quelques mois à peine naissait cette sympathique boulangerie artisanale et café à Matane, initiative des deux jeunes propriétaires, Marie-Ève Campbell et William Duclos (le boulanger). La boulangerie offre une sélection de pains, de viennoiseries et de gâteries.  On y sert également des déjeuners tous les jours (lorsqu’ouvert).

Lors de notre visite, nous avons trouvé là un endroit agréable: le local est clair, chaleureux et animé. Des livres sont disposés sur un étagère, une expo photo décorait les murs. Les propriétaires qui assurent aussi le service sont souriants. La faune est hétéroclite – une madame trop coiffée et parfumée, des étudiantes, un gars en vacances trop bavard, etc.  Nous y avons pris le déjeuner et dégusté entre autres, la costaude sandwich baguette & brie (à mon humble avis, le morceau de brie était trop copieux et la baguette trop dense mais en poursuivant avec une chocolatine, la finale a été plutôt douce…).

Et quoi ramener à la maison ? Moi et P. devions faire notre sélection…

Verdict:
– Pain brioché aux canneberges
– Croissants
– Biscuit beurre d’arachides
– Biscotti à la lavande

Depuis longtemps, j’étais curieuse de goûter une gâterie à la lavande. Étonnement, le goût n’est pas trop floral – j’ai bien aimé. Côté pain brioché, j’aurais été plus généreuse sur les canneberges – nous ne retrouvions qu’un à deux petits fruits par tranche… !

Douceurs de chez « Toujours dimanche », Matane

Douceurs de la boulangerie Toujours Dimanche, Matane

Toujours Dimanche est encore jeune mais je suis persuadée que les produits se peaufineront très rapidement – je n’ai aucun doute que les propriétaires y investissent corps et âmes pour que ça fonctionne. Le blogue et la page Facebook de la boulangerie parlent déjà de diversifier le menu et d’offrir des sandwichs très bientôt.

Notez également que la co-propriétaire Marie-Ève, sera à Montréal le 17 octobre prochain lors du Creacamp pour parler de son expérience de démarrage de la boulangerie…

Longue vie à Toujours Dimanche !

::::

Boulangerie Niemad, 82, av. Morel, Kamouraska, 418 492-1236

Toujours Dimanche, boulangerie artisanale et café, 443, av. St-Jérôme, Matane, 418 566-2030

Publicités

8 réponses à “La boulange et la mer

  1. Chaque fois que je te lis, je dois sortir de chez moi pour aller à la boulangerie… Génial de nous faire découvrir ce qui se fait ailleurs! Et c’est tout à ton honneur de parcourir notre Belle Province! J’imagine qu’un jour, j’aurai moins besoin de mon «fix» d’exotisme et m’y mettrai moi aussi… Je saurai alors qui aller voir ! 😉

    • Attention ici: opportunité d’affaires dans le Vieux-Longueuil – vite, j’ouvre ma boulangerie à côté de chez toi 😉

      Je crois qu’il faut aimer la nature, la tranquillité, la campagne et les grands espaces pour vouloir voyager et voir le Québec en dehors des centres urbains … sinon, basta, on trouve la route longue! Je dois t’avouer que j’ai pris au moins 48 hres à me défaire de mon beat de ville. Merci aux gens de Ste-Flavie pour leur patiente, que je n’avais pas…

  2. Oui c’est vraiment très plaisant d’explorer le Québec! Je m’étais fait une longue liste d’endroits à visiter (côté agrotourisme) cet été et j’ai à peine réussi à l’effleurer! La campagne reste l’endroit idéal pour se ressourcer…
    Merci pour ses adresses! Je n’ai malheureusement pas eu le temps de passer par Matane cet été alors… j’en prends note!

    • De mon côté, je n’ai pas pu visiter les restos/cantines que tu as listé sur ton blogue… Je me promets donc lors d’une 2e visite en Gaspésie d’aller plus loin sur la « 132 » et de me payer la traite à la guedille!

  3. KAMOU KAMOU KAMOU! Merci de faire la promotion de notre coin de pays car il est trop souvent omis. Ta plume est toujours aussi savoureuse dans tous les sens du terme.
    xx

    • Pourtant, le Bas-du -Fleuve est pour moi un naturel quand je pense circuit « agroalimentaire » (sais pas pourquoi mais je pense soudainement à la vache hublot…!).
      Sans blague, en exemple ce couple de charcutiers qui ont mis sur pied Fou du cochon à Kamou (www.fouducochon.com)…

  4. L’amie P a été ravie de partager ces délicieux moments avec toi! Excès de pain, excès de vin…

    J’espère que tu te remets bien de «La Boulanger et la mer»…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s